Acquisition de ThePlaceToWish.com par Amazon : « Tu rigoles Jeff, dans 3 ans c’est moi qui te rachète ! »

Dans un paysage médiatique totalement monopolisé par la crise du Coronavirus, rares sont les infos business qui se font entendre. Jeff Bezos, fondateur du géant Amazon tente de faire l’acquisition de ThePlaceToWish.com, la pépite Made in France du moment.
Son CEO, Tristan Viller, dit « apprécier le sens de l’humour de Jeff ».

Fondée en 2017, la startup ThePlaceToWish.com a développé le réseau social des envies et idées cadeaux. Une solution ingénieuse qui regroupe wishlist, financement participatif et e-commerce, le tout dans un réseau social

La solution permet en quelques clics de créer son réseau permanent de proches et de partager avec eux toutes ses envies. LDLC, FNAC, Séphora, Le Slip Français, Cultura, Zara, ou même Amazon… Quel que soit le site, n’importe quel produit peut se transformer en souhait, finançable à plusieurs et ce, pour toutes les occasions.

Un intérêt certain d’Amazon

Wired Stage
Jeff Bezos sur la scène de WIRED

Et c’est justement ce dernier, Amazon, qui, mesurant l’énorme potentiel d’une telle solution, tente de faire l’acquisition de la startup.

En novembre déjà, lors d’une interview à Wired, le grand patron Jeff Bezos a reconnu être impressionné par la solution : « Oui, Amazon dispose de la fonctionnalité de wishlist mais ce que ThePlaceToWish.com propose, c’est deux voire trois étapes plus loin, c’est juste énorme ! ».
Il a ajouté : « Leur niveau de technologie est déjà très bon, il va devenir remarquable grâce à l’IA et les outils qu’ils développent. C’est un concept totalement complet, il fallait y penser.
Imaginez pouvoir centraliser sur une seule plateforme des millions d’utilisateurs et partenaires e-commerce dans le monde. Ajoutez la possibilité d’offrir en quelques clics des envies en collaboratif et le tout, avec un partage sécurisé. Malgré la puissance d’Amazon, c’est quelque chose qui nous manque. Nous n’avons pas encore réussi à le faire, eux si. » (en référence aux déclarations d’Amazon dans TechCrunch)

Et à la question « Il y a t-il un projet d’acquisition de ThePlaceToWish.com par Amazon ? », le patron d’Amazon a seulement esquissé un sourire.

Bien que dithyrambique, on peut sentir chez M. Bezos un certain regret de ne pas avoir développé cette solution lui-même. Cependant il ne compte pas en rester là.

« … Jeff qui ??? »

En janvier, sur la scène de TechCrunch, Jeff Bezos a, entre autres, été interrogé sur son intérêt pour ThePlaceToWish.com. C’était pour lui l’occasion d’en dire un peu plus et de partager une anecdote assez drôle. « Je me suis renseigné sur Tristan Viller et sa startup. Après avoir eu son numéro, j’ai décidé de l’appeler directement. Etant dans une franche position d’acquisition, je me suis dit on y va. C’était un bon moyen de le sonder, voire de le déstabiliser et potentiellement de prendre l’ascendant. De plus, je savais qu’il était en pleine recherche de 700.000€ pour sa première levée de fonds.

Le téléphone sonne et Tristan décroche. Je lui dit « Salut Tristan c’est Jeff Bezos »… et sans se démonter il me répond: Jeff Qui ??? (la salle éclate de rire). J’avoue, il y a eu un blanc, surtout que connaissant la réputation des français avec la maîtrise de l’anglais, je m’étais particulièrement appliqué. Il n’a pas pu comprendre autre chose ! » (le salle est à terre)
Jeff Bezos conclut en précisant: « Finalement l’appel s’est bien passé et depuis on échange régulièrement. Ceci dit je dois admettre que c’est plus souvent moi qui l’appelle que l’inverse. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, mais je trouve ça un peu vexant. » (la salle est en PLS)

La réunion secrète

Ce n’est que la semaine dernière que l’info a fuité: Jeff Bezos et Tristan Viller se sont rencontrés lors d’une réunion secrète au Village by CA Lorraine (ndlr: les nouveaux bureaux de ThePlaceToWish.com).
Peu d’éléments ont fuité sur cet échange mais ce que l’on sait c’est que Jeff Bezos a visiblement fait une offre d’acquisition titanesque. Lorsque nous avons demandé à notre source le montant exact, elle n’a pas pu nous dire : « J’aimerais bien mais je ne sais pas où ils se sont arrêtés. Cette réunion sur fond d’acquisition de ThePlaceToWish.com par Amazon était surréaliste. Les enchères ont commencé à monter et j’ai tourné de l’œil quand le montant à atteint 10 chiffres. »

Tristan Viller ICT
Tristan Viller à l’ICT

Conscient du potentiel énorme que représente la marketplace des cadeaux/envies/besoins ThePlaceToWish.com, tant pour le B2C que pour le B2B (ndlr: API & brique technologique IA en cours de développement), le fondateur d’Amazon est visiblement prêt à mettre le paquet pour être le premier.
Interrogé sur le fait que Jeff Bezos semble prêt à « casser sa tirelire » pour faire l’acquisition de sa startup, Tristan Viller a répondu avec un humour typiquement gaulois : « J’ai entendu dire ça en effet. Remarquez, s’il est prêt à la casser pour la 2ème fois en moins d’un an, pourquoi pas ». (c’est nous qui étions en PLS)

Des objectifs clairs et ambitieux

Plus sérieusement, Tristan Viller précise ceci : « Le fait qu’une solution comme ThePlaceToWish.com intéresse un géant comme Amazon est logique de par la complémentarité qu’on apporte mais on ne va pas se mentir, c’est totalement incroyable. Maintenant mon objectif n’est certainement pas de céder ma société à un GAFA dès le premier coup de téléphone, même si c’est Jeff au bout du fil. Ce que je lui ai surtout proposé pour l’instant c’est une collaboration win-win. »

« Mon objectif premier est de garder le contrôle sur ce que l’on fait et sur comment on le fait. C’est l’un des piliers de nos valeurs et nos utilisateurs B2C et partenaires B2B nous font confiance en ce sens. Nous sommes une société française, donc un poil rebelle de nature et pour le coup, nous préférons donner un peu de fil à retordre aux GAFA.
Ce qui m’intéresse dans l’immédiat c’est de collaborer avec les sites marchands français, du plus petit au plus grand.
Aussi puissants qu’ils puissent être, des sites comme FNAC, Cdiscount ou LDLC ont énormément à gagner en intégrant notre API à leur site, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter« .

Pour conclure

« Notre objectif reste le même : nous avons à cœur de devenir la solution réflexe et le leader des wishlists et achats en groupe… tout en restant autant que possible Made in France ! ».

Une volonté en ligne avec les récentes déclarations du Ministre de l’Economie qui souhaite voir se renforcer les outils de financement pour garder sous pavillon français nos pépites les plus prestigieuses.

Aucun doute que nous continuerons à entendre parler de ce projet d’acquisition de ThePlaceToWish.com par Amazon cette négociation… ou pas.
Quoi qu’il en soit, ThePlaceToWish.com continue son développement et reste sur le pont durant cette période compliquée due au Covid-19.
Prenez soin de vous et de vos proches, restez chez vous et postez des souhaits. 😉

A lire aussi : Mais qu’est-ce que ThePlaceToWish.com

On a oublié de vous dire... ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *